Blog

Christmas ergo cogito

Noël ergo cogito

Courage, le meilleur est passé ,

dit l’un des aphorismes les plus connus du grand Ennio Flaiano. Peut-être devrions-nous nous résigner aussi et admettre que notre vie insouciante est terminée, irrécupérable. Pier Paolo Pasolini avait peut-être raison lorsqu’il déclarait dans la seconde moitié des années 1950 :

« Nous sommes à l’origine de ce qui sera probablement la pire époque de l’histoire de l’humanité, l’ère de l’aliénation industrielle ».

Si nous repensons à notre dernière année de vie, il est difficile de rester indifférent à la prophétie de Pasolini et l’inquiétude monte en nous. En nous isolant, en nous rendant malades, en tuant nos proches, la pandémie a mis à l’épreuve notre psychisme et notre économie. Est-ce vraiment notre moment historique ? Sommes-nous, soixante-dix ans plus tard, les créatures condamnées à vivre la pire époque de l’histoire humaine ? L’ère de l’alinéation industrielle est-elle vraiment notre époque ?

Ma réponse est que cela dépend de nous. Je suis profondément convaincu que dans la vie, il y a toujours la possibilité de choisir. Ce qui manque souvent, c’est le courage de faire des choix. Le courage de changer les choses. Parce que certains choix sont difficiles, ils impliquent des sacrifices que nous ne sommes pas enclins à supporter. C’est notre époque : l’époque du choix. Il est temps de décider de ce que nous voulons faire de nos vies et des lambeaux du monde qui nous reste.

Après la crise de 2008, nous savons tous que le mot crise est également synonyme d’opportunité. Aujourd’hui comme à l’époque, nous avons à nouveau l’occasion de repenser nos modes de vie, notre façon de travailler, notre économie, notre façon de penser et de faire de la politique. Certaines des propositions qui ont été faites pour faire face à la récession actuelle ne sont pas nouvelles. Il y a déjà dix ans, quand on parlait de ralentissement de l’économie, parmi les solutions proposées pour la renaissance, il y avait la révolution verte et une réglementation plus stricte des marchés financiers. Ensuite, comme cela arrive souvent dans l’histoire, d’autres intérêts ont prévalu. Les modalités ont peut-être changé, mais les anciennes logiques de marché, celles qui ont longtemps dominé la planète et qui favorisent l’intérêt de quelques-uns et trop souvent du monde financier, ont résisté. C’est une opportunité manquée.

La désolation de la situation actuelle nous en offre une autre. Pour la saisir, il nous faut cependant un acte auquel la culture de l’image, du gaspillage et de l’indifférence nous a inhabitués : faire de l’introspection. Il est nécessaire de reprendre contact avec notre conscience distraite et de comprendre si elle a encore des valeurs. Parce que ces valeurs seront les points de départ de la reconstruction.

Voilà donc mon souhait pour Noël : en faire un Noël responsable. À l’époque de la pandémie de Covid-19, le bon sens ou les réglementations peuvent nous éloigner de nos proches, mais ils ne peuvent jamais nous éloigner de nous-mêmes. Le respect que nous devons montrer envers toutes ces familles qui pleurent cette année la perte des personnes qu’elles ont aimées ne peut que nous pousser à réfléchir.

En quel monde voulons-nous croire ? Quel monde voulons-nous reconstruire ? Quels sacrifices sommes-nous prêts à faire ? Il faut y réfléchir. Avant d’agir, il faut réfléchir. Penser, est désormais une activité dépassée. Tel est le souhait que nous devons tous nous formuler pour l’année prochaine : retrouver la liberté de penser. Liberté, car sans liberté, la civilisation est vouée à s’éteindre.

Nous reconstruirons le monde, je n’en doute pas, nous l’avons toujours fait. Mais notre défi n’est pas simplement de reconstruire le monde : il est de reconstruire un monde civilisé.

 

 

 

 

 

Ancilla Bezzi direttore generale

 

Ancilla Bezzi

directeur général


© 2020 Scilla Meccanica s.r.l. - Tous droits réservés | designed by arch. Glauco Pigoli